Aujourd’hui, j’ai bien récupéré de mes blessures ! Certes, fragilisé, cela ne veut pas dire que je peux en abuser. Ce sont les blessures typiques des « jeunes » coureurs auxquelles j’ai fait face. Mon objectif en 2018 ? Il reste le même ; rendre mon corps apte à la piste d’athlétisme. Grâce à un entraînement progressif, malgré le handicap (il fait partie du jeu), j’apprends et mon corps intègre chaque mouvement gentiment. Avec les pertes d’équilibre et les difficultés de coordination et une vision réduite, l’apprentissage est tout au long de sa vie, comme pour tous, avec des solutions à imaginer différemment et des nouvelles connexions cérébrales à créer.

A présent membre du Stade Genève, c’est cependant Kenny Guex qui m’accompagnera sur cette voie, pour essayer de transformer en réalité ce qui est le plus difficile pour moi : sprinter. N’ayant les capacités physiques de courir que depuis 18 mois, je dois tout apprendre depuis les bases. Nous sommes au début d’une aventure remplie de surprises et de défis ! Kenny est un entraîneur du sprint long. Il est également physiothérapeute et professeur, ce qui lui donne une vision complétée par la physiologie du corps humain.

Grâce à une bonne préparation, j’ai pu réaliser mon premier entraînement spécifique ! Avancer à plus de 20km/h est presque voler ! Je découvre des nouvelles sensations : celle du mouvement que je ne parviens pas à contrôler et une liberté de bouger, fortement limitée pendant des année, que j’ai alors retrouvé !

L’organisation et la mise en œuvre de mon nouveau projet avancent

Je me remets enfin et gentiment de mes blessures de « jeune » coureur, comme le dit mon physiothérapeute. Je reste cependant fragilisée et je dois encore y aller progressivement. Ces blessures étaient principalement en lien avec une mauvaise gestion de ma charge d’entraînement. Mon objectif en 2018 ? Il reste le même : rendre mon corps apte à courir sur les pistes d’athlétisme. Grâce à un entraînement progressif, malgré mon handicap qui fait partie du jeu, mon corps intègre gentiment les nouveaux mouvements. Avec les pertes d’équilibre et les difficultés de coordination, associées à une vision réduite, l’apprentissage est constant, comme pour tout, avec des solutions à imaginer différemment et des nouvelles connexions cérébrales à créer.

A présent membre du Stade Genève Athlétisme, c’est cependant Kenny Guex qui m’accompagnera sur cette voie, pour essayer de transformer en réalité ce qui est le plus difficile pour moi : sprinter. N’ayant les capacités physiques de courir que depuis 18 mois, je dois tout apprendre depuis les bases. Nous sommes au début d’une aventure remplie de surprises et de défis ! Kenny est un entraîneur du sprint long. Il est également professeur associé dans la filière physiothérapie à la Haute Ecole de Santé Vaud, ce qui lui donne une vision large de la physiologie du corps humain.

Grâce à une bonne première phase de préparation, j’ai pu réaliser mon premier entraînement spécifique sur piste ! Avancer à plus de 20km/h est presque voler ! Je découvre des nouvelles sensations : celle de mouvements que je ne parviens pas à contrôler et une liberté de bouger, fortement limitée pendant des années, que j’ai alors retrouvé !

Encore plus vite, plus fort… Là, où nous voulons aller !

2018-11-03T08:34:53+00:00